La Chambre d'Ambre

Back Vous êtes ici : Accueil Un peu d'Histoire Propagande révolutionnaire et propagande royaliste

Un peu d'Histoire

Propagande révolutionnaire et propagande royaliste

On peut dire que la propagande révolutionnaire consistant à dénigrer les rois a bien fonctionné puisqu'aujourd'hui encore une majorité de Français a une image négative et fausse des souverains de la Révolution, à savoir Louis XVI et Marie-Antoinette.
On les associe encore à des poncifs qui n'ont aucune véracité historique ou sont réducteurs : le gros Louis XVI et ses serrures (oubliant que c'était un homme extrêmement brillant et cultivé), la frivole Marie-Antoinette qui ne songe qu'à s'amuser et ignore les problèmes du peuple... Beaucoup croient fermement qu'elle a prononcé la phrase : "Ils n'ont pas de pain ? Eh bien, qu'ils mangent de la brioche". Quand ils apprennent que ce n'est qu'une légende, certains sont même surpris. C'est dire la force et la pérennité du discours révolutionnaire.

Cette propagande est compréhensible du reste ; pour gagner le peuple à la cause révolutionnaire, il ne fallait surtout pas qu'il soit attaché à ses souverains, ni qu'il soit attendri par leur sort (eh oui, ils méritaient bien qu'on leur coupe la tête). Il fallait les dépeindre en tyrans indifférents et sans-cœurs, nier leurs qualités, étoffer leurs défauts. Les diaboliser en quelque sorte.

Mais les royalistes ont également usé de ce type de stratégie, sous la Restauration notamment. Pour redorer le blason de la monarchie, noirci par la Révolution, ils décidèrent de choisir un monarque qui plairait aux Français et incarnerait tout ce qui ferait un souverain populaire. Il n'était pas possible de choisir Louis XV ou Louis XVI, trop proches dans le temps et associés à trop d'images négatives. Ils allèrent donc beaucoup plus loin, et ce fut Henri IV qui fut sélectionné. Il répondait parfaitement au cahier des charges : suffisamment éloigné dans le temps, mais pas trop non plus (un Charlemagne, par exemple, n'aurait pas fait l'affaire). Il fut ainsi l'objet d'une véritable "opération publicitaire", dont on connaît le succès. La légende du bon roi Henri prit forme. Le bon Henri, brave et bonhomme, avec sa poule au pot. Une image qui perdura dans le temps, si bien qu'à l'heure actuelle, c'est un roi populaire. C'est oublier que ce fut un souverain mal aimé de ses sujets, qui n'acceptaient pas sa politique. Il fut même l'un des plus détestés. Ses allées et venues d'une confession à l'autre lui valurent l'opposition des catholiques et des protestants.

Quitte à faire dans la légende, autant que ce soit drôle : je vous recommande "L'authentique histoire d'Henri IV, roi de France et de Navarre", illustrée par Gotlib. Ou comment revisiter l'Histoire avec humour et tendresse :

http://www.vialupo.com/henri4/vert-galant.html

BD extraite de : Marcel Gotlib, Rubrique-à-Brac (RAB), éditions Dargaud.