La Chambre d'Ambre

Back Vous êtes ici : Accueil Mes publications Le destin d'une couronne : le choix d'un titre

Mes publications

Le destin d'une couronne : le choix d'un titre

Lorsque j'ai envoyé mon manuscrit à mon éditeur, celui-ci était sobrement intitulé "Marie-Antoinette, Louis XVI et leurs enfants" et sous-titré : "Une famille dans la Révolution". Ce titre avait le mérite d'être clair, mais il ne me convainquait pas totalement, car trop brut de décoffrage à mes yeux.

Trouver un titre est une tache moins évidente que l'on croit. C'est d'ailleurs la dernière chose que j'ai faite  durant le processus.
D'une part, il ne s'agit pas de résumer le livre en quelques mots, d'autre part, il ne faut pas qu'il en dise trop. Il faut aussi qu'il représente bien le l'ouvrage. Avec cela, il ne doit pas être trop obscur, mais assez mystérieux pour interpeller. Il doit être percutant, accrocheur, vendeur. Et pour un roman historique (même jeunesse), il doit être sérieux. A bannir donc, les "Cosmétique de l'ennemi" (A. Nothomb), "Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" (A. Gavalda) ou autres "Et si c'était vrai ?" (M. Lévy).

 

J'étais donc bien contente quand mon éditeur a résolu le problème en me proposant "Le destin d'une couronne". Je l'ai aussitôt accepté car je trouvais qu'il sonnait bien, tout en étant poétique. Mon titre initial a finalement été relégué au rang de sous-titre, ce qui n'est pas plus mal.
Comme pour toutes les étapes ultérieures du travail éditorial, j'ai été consultée et mon éditeur s'est bien assuré que ce titre me convenait pleinement.