La Chambre d'Ambre

Back Vous êtes ici : Accueil Un peu d'Histoire Le 220e anniversaire de la Révolution française (14 juillet 2009)

Un peu d'Histoire

Le 220e anniversaire de la Révolution française (14 juillet 2009)

En 2009 eut lieu le 220e anniversaire de la Révolution française. On considère généralement que la Révolution française débuta le 5 mai 1789, date d'ouverture des Etats-Généraux. Mais beaucoup considèrent que Louis XVI posa la première pierre de l'édifice révolutionnaire lorsqu'il rappela les anciens Parlements en 1774, ces mêmes Parlements qui avaient jadis tant entravé les réformes de son prédécesseur, Louis XV... Il le fit par souci de légalisme, dans une volonté de conciliation, pour mettre fin aux quatre années d'agitation qui avaient précédé et dont il ne pensait pas se sortir en recourant à l'autorité et à la violence. Mais en cherchant l'assentiment populaire, le roi tendit le bâton pour se faire battre. Le recul du temps nous permet de dire que ce fut une grave erreur stratégique, malgré ses bonnes intentions. Le chancelier démissionnaire Maupeou (qui les avait exilés sous Louis XV) eut cette parole prophétique en apprenant la décision : « Il est foutu ! ». Cette réflexion est annonciatrice des événements qui allaient perdre la monarchie, c’est-à-dire l’impossibilité de faire passer des réformes et la pression constante des Parlements sur l’autorité royale.

Mais quelle est l'origine de la fête nationale ? Elle commémore la fête de la Fédération de 1790, qui fêtait elle-même le premier anniversaire de la prise de la Bastille du 14 juillet 1789 et se voulait un jour d'unité nationale et de réconciliation autour du roi et des acquis de la jeune Révolution.. La Bastille était un symbole fort de la monarchie absolue, d'où l'importance de cette date pour les révolutionnaires.

La fête nationale a lieu tous les ans depuis 1880. En effet, pendant près d'un siècle, la commémoration du 14 juillet fut abandonnée. Elle ne réapparut qu'en 1880, sous la IIIe République. Le régime, pour se consolider, cherchait à construire un nouvel imaginaire national, autour de symboles républicains. C'est ainsi que la Marseillaise devint hymne officiel et le 14 juillet fête nationale (je me demanderai toujours pourquoi ce chant guerrier aux paroles violentes a été choisi...). Au départ, la proposition ne fut pas accueillie unanimement par l'Assemblée, car certains députés mettaient en cause la violence du 14 juillet 1789. C'est finalement autour du 14 juillet 1790, jour de la Nation rassemblée, que se fit le consensus.
En 1880, pour la première fête nationale, la République fit les choses en grand. Le ministre de l'Intérieur enjoint les préfets de veiller à ce que cette journée "soit célébrée avec autant d'éclat que le comportent les ressources locales". Un défilé militaire fut organisé sur l'hippodrome de Longchamp devant 300 000 spectateurs, en présence du Président Jules Grévy. Il s'agissait de montrer le redressement de l'armée française après la défaite contre la Prusse en 1870. Ce défilé militaire, qui perdure depuis lors, s'inspirait également du défilé des gardes fédérés de 1790.
On inaugura le monument surmonté de la statue de la place de la République, et on donna partout concerts et feux d'artifices.

Note : "La colonne de Juillet" qui surplombe la place de la Bastille, elle, ne se réfère pas au 14 juillet 1789. Elle porte le nom des victimes des journées révolutionnaires de juillet 1830, les "Trois glorieuses".